Photos de famille

Ah les photos de famille! Personnellement, j’adore. Il suffit juste de s’enlever de la tête les clichés (pour une séance photo..le terme est bien trouvé non?) de la bonne vieille photo de famille vintage avec les petits devants et les grands derrières. C’est fini tout cela. Il faut faire du punchy, du jeune, il faut qu’il y ai de la vie quoi! Et de la vie il y en avait avec cette séance dans les rues de la vielles ville d’Annecy. Il faut dire aussi que le lieu se prête bien à ce genre de séance décontractée. On s’est régalé. Miam!

Du producteur au consommateur

Je vais aujourd’hui aborder un sujet très « pub ». La photo de communication.

J’ai été mandaté par Décathlon (c’est fou comme on a tous cette petite musique de pub qui accompagne toute leurs campagnes dans la tête sitôt que l’on prononce le nom de cette marque non?) pour faire des photos typées neige (pour Quechua). A la fin de la journée, et après des centaines et centaines de photos réalisées sur Avoriaz, j’étais bien content de moi car les fonds étaient vraiment chouettes. Or, et en passant dans les allées de mon magasin quelques mois plus tard, je vois afficher en grand cette photo prise par votre serviteur. La photo n’est pas la plus belle au niveau graphisme. Elle est même loin de mériter ce terme. Je dois même avouer qu’elle a été faite depuis mon coffre de voiture juste avant de partir. Bref, une photo « à l’arrache » quoi. Mais ce que Décathlon semblait vouloir. Bon, les autres photos ont également servies, je vous rassure mais cela m’a fait rire de voir cette photo.

Je vous joins les deux fichiers. La prise de vue « brute » ainsi que le travail effectué par Décathlon en post production.

 

C’est un garçon

Il y a quelques jours de cela, je vous ai fait part de mon travail concernant les photos de femmes enceintes. J’appelle cela les séances photo « ventre rond ». Or, on m’a fait part hier d’un suspens incroyable. Certains d’entre vous en effet suivent régulièrement mon blog sans me connaitre et me demandent de donner suite à ces séances. A savoir, de quel sexe est le bébé, comment vont les parents (surtout la maman à vrai dire) et, bien sûr, comment se porte le nouveau né.

Et bien, j’ai le plaisir de vous informer que le petit Pierre est né le 10 mars dernier. En pleine forme.

Une petite séance photo avec les parents suffira je pense à vous en donner la preuve.

Et la lumière fut

La grossesse d’une femme est toujours quelque chose de doux. L’occasion de cocooner un peu en attendant celui ou celle qui va tout changer dans la vie des parents.

Ces instants si précieux, Delphine, la future maman, à voulu que je les immortalise lors d’une prise de vue. J’aime réaliser ces photos de femmes enceintes chez elle. Pour plusieurs raisons. La première est qu’elles se sentent à l’aise dans un environnement qui leur est familier. La deuxième est que cela leur évite un déplacement souvent pénible avec un ventre le plus souvent des plus imposants.

C’est donc chez Delphine (et son mari Sylvain) que ces photos ont été réalisées. Un mûr blanc suffit pour réaliser un travail de qualité. Après une période d’adaptation bien compréhensive, on peut alors se focaliser sur ce que la future maman désire comme prise de vue et laisser libre court à l’imagination.

Le résultat…

 

 

Le vent se lève

Un photographe, ç’est sensible. C’est sensible au beau, au moche, à l’injustice et à toutes ces choses qui font que nous sommes fait de chair et de sang.

Hier, je suis allé voir le dernier film de Hayao Miyazaki « le vent se lève ». Pour ceux qui ne connaissent pas, Hayao Miyazaki est ce génial réalisateur Japonais qui à réalisé 11 chefs d’oeuvre de cinéma d’animation. « Le vent se lève » est le onzième et dernier long métrage de cet homme.

Bon, il est dur de résumer un film et, surtout, d’expliquer pourquoi on est tombé « en amour » avec ce film (comme disent les Québécois). Il est d’autant plus dur d’expliquer pourquoi on à pleuré durant ce même film. C’est trop personnel. Chacun en retire ce qu’il veut ou peut en retirer.

Courez voir ce film. Il est simplement beau. Il est tout en longueur (plus de 2 heures pour un film d’animation, cela n’est pas courant) mais de cette longueur toute Japonaise faite de paix, de beauté et de contemplation. Le film est dur également car il évoque la deuxième guerre mondiale, la perte d’un être cher ou encore le choix d’un Japonais entre son devoir et son amour.

Merci Monsieur Miyazaki pour ce dernier chef d’oeuvre. Merci pour ces larmes versées.

plus possible

Bon, là c’est plus possible!! Je parles des J.O de Sochi bien sûr.

Je n’ai rien contre les J.O. J’y ai même participer plusieurs fois en tant que photographe (Nagano 1998, Salt Lake 2002) ou manager photo (Turin 2006) et j’annonce tout de suite la couleur. J’adore le sport. Mais mon coup de gueule du jour est destiné aux commentaires (ceux de France télévision notamment) qui viennent polluer les retransmissions.

Je pense notamment au biathlon. Bon, je comprends que France télévision n’ai pas les moyens (ou la motivation) de s’intéresser au biathlon plus d’une fois tous les 4 ans à l’occasion des jeux. Je comprends à la rigueur que France télévision préfère nous passer des matches de football à 2 balles à longueur d’année (je pense notamment à la coupe de la ligue dont personne ne veut). Mais, s’il vous plait, messieurs, si vous n’y connaissez rien à ce sport, TAISEZ-VOUS!

Une de plus en moins

Ben voilà. Une année de plus en moins.

Tout ceci pour vous souhaiter plein de choses en cette nouvelle année.

Oui, je sais, je suis super mauvais pour les voeux mais bon…c’est l’intention qui compte…non?

Panono ou parano?

La photo va perdre la boule ! La start-up berlinoise Panono a imaginé un appareil photo de forme sphérique, de la taille d’une balle de handball. Mieux : ce drôle d’appareil est équipé de 36 capteurs de 2 mégapixels chacun, afin de réaliser des clichés haute résolution à 360°.

Lire la suite ici

 

 

 

Asimbonanga (nous ne l’avons pas vu)

Une larme.

Je pense que nous avons tous eu cette fameuse larme à l’oeil cette semaine en apprenant le décès de Nelson Mandela.

En fait, je ne sais pas si vous êtes comme moi mais c’est comme si j’avais cette impression d’avoir perdu quelqu’un qui m’est cher.

Car Nelson Mandela était comme vous et moi. Comme nous. Avec ses défauts et ses qualités. Et, même si les qualités occupent souvent le devant de la scène depuis quelques années, ce cher Nelson était le premier à rappeler qu’il avait levé la main sur sa première femme ou qu’il se mettait parfois dans des colères noires.

Mandela était comme nous. Il avait plusieurs facettes. C’est pour cela que j’ai choisi cette photo de lui le représentant jeune à l’époque de son procès pour terrorisme. Il avait alors eu le courage d’arborer la tenue traditionnelle de chef de clan de sa tribu devant ses juges. Son visage était moins jovial (puisque plus jeune peut-être). Mais cette photo me rappelle avant tout que Nelson Mandela était un combattant. Un combattant de la paix.

nelson-mandela-dans-la-tenue-traditionnelle-de-sa-tribu-thembu-1950

 

 

24 images

Vous pensiez peut-être que l’humanité n’était remplie que de gens méchants et sans cœur ? Eh bien DGS vous apporte la preuve qu’il reste bel et bien des personnes connaissant la définition des mots « gentillesse » et « entraide ». Voici 24 clichés prenants qui illustrent de façon émouvante la bonté qui réside dans chaque être humain. ICI

fauteuil